The Lord of the Rings : Living Card Game,  les cartes en solo (Aperçu)

The Lord of the Rings : Living Card Game,  les cartes en solo (Aperçu)

13 septembre 2018 0 Par Arya

Sorti le 28 août en accès anticipé, The Lord of the Rings : Living Card Game, est inspiré par le jeu de cartes physiques de Fantasy Flight Games. C’est donc tout naturellement qu’on découvre Fantasy Flight Interactive comme développeur et Asmodee Digital comme éditeur. Le jeu est une ébauche de ce qu’il devrait être dans les prochains mois, il est de ce fait encore totalement en anglais mais une future mise à jour devrait proposer d’autres langues, dont le français. D’ailleurs, on vous en dit un peu plus sur les packs de jeu ici. Nous allons donc nous concentrer plutôt sur l’expérience de jeu en elle-même.

Un jeu de carte en solo, ou en coop

Bon, il s’agit déjà d’un excellent point, on ne part pas sur le principe d’une compétition entre joueurs, mais bien d’une alliance, ou tout simplement d’un jeu totalement solo. Par contre, on vous le dit direct, c’est plutôt hard. Et d’ailleurs pas toujours pour des raisons simples.

La première chose à savoir, c’est déjà décortiquer un peu votre espace de jeu, côté droit, une barre de « Menace » en rouge se remplit au fur et à mesure du temps, mais surtout à cause des héros que vous utilisez ou de certaines cartes. Si la barre atteint 50, Sauron gagne. Ah oui, précisons-le, votre ennemi mortel, ici, c’est ce bon vieux copain Sauron, et à dire vrai, il n’est pas vraiment content. Mais ça, rien d’étonnant, vous vous ramenez là, avec trois héros bien connus (avec le deck de départ) et vous lui cassez les noix. Il y a franchement de quoi péter une bonne vieille colère à la Hadès tout feu tout flamme.

En tout cas, vous serez toujours sous la pression de l’œil de Sauron, qui plus est, il ne vous suffira pas de battre les ennemis en face. Généralement, une mission se décortique en plusieurs phases, et il vous faudra agir de façon à garder vos trois héros de départ en vie. Eh oui, si vous arrivez à la dernière phase et que tous vos héros sont morts, il vous sera presque impossible de terminer la mission. Il est donc très important de préserver vos héros.

Concernant les cartes, elles se présentent comme suit :

  • Des points d’attaque
  • Des points d’attaque spéciaux « volonté » qui concernent les quêtes/objectifs
  • Des points de vie

Les points de volonté peuvent donc être utilisés pour détruire des cartes qui ont le même symbole jaune. Ces cartes ne vous attaqueront pas, mais tant que vous ne les aurez pas détruites, vous ne pourrez pas passer à la suite de votre objectif. À savoir, que ces points peuvent être transférés dans la barre de gauche, au prix d’une attaque normale, ce qui fatiguera votre personnage jusqu’au tour suivant.  Cette barre vous permettra de déclencher des événements en votre faveur, comme soigner vos personnages, faire des dégâts aux cartes adverses.

Concernant les mécaniques, il n’y a pas de grandes différences avec les jeux du genre, vous avez des points d’action à dépenser pour poser ou utiliser vos cartes. En début de partie, vos trois héros seront automatiquement posés sur le plateau, et ensuite, il ne vous restera plus qu’à les protéger bec et ongles tout en détruisant les ennemis en face. On pourra équiper jusqu’à 4 équipements différents pour vos personnages, de quoi les renforcer, leur donner plus de chance de survie, et de faire mal. Les autres cartes que vous pourrez poser pour épauler vos héros seront plus ou moins intéressantes. Certains auront des compétences de provocation, qui obligent les ennemis à la frapper et la détruire avant de pouvoir attaquer une carte. D’autres auront des compétences qui se dévoileront si un ennemi l’attaque, ou si la carte est détruite. Bref, rien qui ne révolutionne vraiment le genre. Les phases sont assez lentes, et une mission peut durer de longues minutes… Ce ne serait pas forcément déplaisant si les serveurs n’entraient pas en compte. Il faut espérer que les développeurs réagiront assez vite face à ce problème, parce que cela devient juste injouable de voir une action arriver 30s après avoir cliqué.

Bon vous l’aurez compris, vous avez trois héros, vous devez faire en sorte de les équiper au mieux et de les protéger du mieux que vous pouvez. Remplissez les objectifs en détruisant les cartes à icône jaune, et continuez votre quête jusqu’à la partie finale où vous aurez un petit boss à tuer. Chaque mission a trois modes de difficulté, facile, normal, difficile. Sachez qu’en normal, vous avez quand même une dose de difficulté sympathique, surtout si vous jouez au début avec le deck de base. Il vous est fortement conseillé de passer quelque temps dans le builder de deck pour vous familiariser avec les cartes, leurs effets et de vous construire quelque chose de cohérent par rapport à votre façon de jouer.

Évidemment, le jeu est en anglais, et ce n’est pas toujours évident de saisir toutes les subtilités, si vous n’aimez pas l’anglais, attendez la version française. On a vu un anglais déjà bien plus simple.

Une narration qui bouge les codes

Bon, on en vient à l’intérêt du jeu, le côté «  The Lord of the Rings », tout l’univers des livres tend à être représenté, ne vous attendez donc pas à trouver les portraits des héros que vous avez dans les films. À chaque début ou fin de mission, un narrateur ou une narratrice s’exprime pour vous résumer la situation, avec quelques artworks plutôt sympathiques. Le narrateur est plutôt convaincant, mais tout est…en anglais encore une fois. Cependant, vous aurez toujours par écrit ce qui est dit oralement, c’est déjà un bon point si vous êtes plus à l’aise pour lire l’anglais que pour l’écouter.

Les musiques sont donc assez agréables à entendre. Après, on aurait sans doute aimé quelque chose d’un peu plus visuel concernant les attaques ou effets des cartes, c’est assez fade.

On ne va pas se le cacher, le jeu a encore un sacré chemin à faire avant de conquérir les fans du genre. Parce que pour les fans de l’univers de Tolkien, on est certain qu’ils devraient pouvoir prendre plaisir sur ce titre. Pas totalement conquis, mais pas non plus déçu, The Lord of the Rings  mérite le bénéfice du doute et d’être gardé sous le coude. Il sera certainement sympa d’y revenir quand la version française aura été implantée. Ici, le magasin n’a pas vraiment été évoqué, mais il est relativement classique. Il faut surtout retenir, que le jeu n’est pas simple, et qu’il y a de bonnes idées. Mais ce n’est pas encore forcément au point pour les serveurs et il peut être clairement perfectionné pour la suite !