La Grèce antique, un thème mythique !

La Grèce antique, un thème mythique !

5 octobre 2018 3 Par Arya

La Grèce antique, ses olives, ses îles, sa culture, ses dieux… Un héritage que l’on doit aux textes emblématiques comme L’Iliade et L’Odyssée, à l’architecture comme le Parthénon à Athènes, à la céramique, aux sculptures ! Bien des siècles plus tard, comment ce thème de la Grèce Antique est-il traité dans les arts ? Si les séries et le cinéma ne sont pas en reste, du côté des jeux vidéo, la thématique est moins courante.

Nous n’allons d’ailleurs pas aborder tous les jeux traitant de la Grèce antique mais bien ceux qui d’une façon ou d’une autre apportent leur pierre à l’édifice. Pour l’occasion, nous ( Kihaa et Arya) parsèmerons cette sélection de nos avis très personnels et de notre expérience de joueuses. 

Apotheon

« Apotheon est un jeu d’action héroïque qui se déroule dans le monde mythologique de la Grèce antique. Faites l’ascension du Mont Olympe, affrontez les pouvoirs divins du panthéon des dieux et sauvez l’humanité. »

Sortie : Février 2015
Développeur : Alientrap
Editeur : Alientrap
Plateformes : PS4, PC
Genres : Action, Plateforme, Metroidvania

Exigeant, esthétiquement très marqué, Apotheon ne laisse pas insensible : on aime ou on déteste. J’ai adoré ! La durabilité des armes est très frustrante, mais c’est ce qui fait aussi la beauté du jeu. Dieux, combats épiques, intrigues divines et bande-son mémorable, tous les ingrédients sont présents pour passer un très bon moment. Il me reste actuellement un seul succès à obtenir : le mode Olympien. 

Apotheon  a un style graphique bien à lui, on aime ou non, mais les développeurs ont poussé le thème de la Grèce antique le plus loin possible. Les musiques sont également dépaysantes. Le jeu n’est pas facile et on ne vous tient pas par la main. Mais, il tient la recette d’un excellent petit jeu qui a tout d’un grand.

 

NyxQuest: Kindred Spirits

« Utilise les pouvoirs de Zeus et des dieux d’Olympe pour aider Nyx à réussir son épique aventure. Envoie des rayons, contrôle les vents, envoie du feu, combats Hydra, surfe sur le sable et modifie ton environnement comme tu n’as jamais pu le faire auparavant. »

Sortie : Juin 2009
Développeur : Over The Top Games
Editeurs : Over The Top Games, Chillingo
Plateformes : Wii, iOS, PC
Genres : Aventure, Action, Plateforme, Puzzle

Petit jeu bien loin des productions AAA, NyxQuest attire l’œil autant qu’il attise la curiosité. Je n’ai pas encore eu l’occasion de le tester, mais son gameplay et sa proposition de jeu m’ont incitée à l’offrir à une très chère amie.

NyxQuest est un petit jeu indé de plateforme et de puzzle/énigme, on y jouera par petites sessions. Le gameplay est plutôt varié et pas toujours simple, il faudra parfois de la dextérité pour passer certains passages. Mais, il s’agit d’un jeu sans trop de prise de tête qu’on aimera lancer de temps en temps. Un cadeau de choix, quand on aime les petits jeux et la mythologie grecque. 

 

Age of Mythology

« Age of Mythology prend place durant l’Antiquité dans un monde inspiré de la mythologie et des légendes de la Grèce, de l’Égypte et des pays nordiques. »

Sortie : octobre 2002 (réedition HD : mai 2014)
Développeur : Ensemble Studios
Editeur : Microsoft Game Studio
Plateforme : PC
Genre : RTS

« Si tu n’as pas joué à Age of Mythology, tu as raté ta vie », ce serait sans doute ce que dirait le Jacques Ségéla des jeux vidéo et il aurait en partie raison. En partie parce qu’il n’y a pas d’âge pour s’y mettre et que contrairement à une Rolex, Age of Mythology est largement accessible. AoM ne traite pas uniquement de la mythologie grecque, mais aussi de l’égyptienne et de la nordique. Son gameplay s’apparente vraiment à celui d’Age of Empires. En tout cas, traverser les âges avec Zeus, c’est mortellement addictif !

Les Age of ne sont plus à présenter. Et, celui-ci est certainement mon préféré. Allier différentes mythologies et divinités était une excellente idée, surtout pour, au final, un jeu assez sérieux, cela apporte un peu de couleurs. Age of Mythology a d’ailleurs une réédition en HD, de quoi vous pousser à dépenser quelques euros pour retourner prier vos dieux préférés et leur sommer de vous aider à détruire vos ennemis. Si seulement cela était possible en vrai, j’aurais déjà un pégase sur mon balcon.

Xena : Princesse Guerrière

« Vous incarnez Xena, la princesse guerrière, et parcourez le pays des songes dans lequel vous êtes enfermé. Vous allez à la rencontre des habitants qui, pour la plupart, vous demandent un service. Vous enchaînez donc quêtes et combats afin de vous échapper de ce pays. »

Sortie : octobre 1999
Développeur : Electronic Arts
Editeur : Titus
Plateformes : N64, PS1
Genres : Action, Aventure

C’est sans doute le jeu que j’aurais voulu connaître à l’époque ! Mais en 99, je n’avais que 11 ans et aucun droit de regard sur les finances. Grande fan de Xena, j’ai pu par la suite découvrir cette adaptation qui ne brille pas par sa grande conception. Par affection pour la princesse guerrière, j’assume ce plaisir coupable.

Que serait cet article, sans la prestigieuse Princesse Guerrière : Xena. Bon, on vous passe la fan inconditionnelle de la série diffusée sur TF1 que je suis, mais… C’est dommage de voir qu’Electronic Arts faisait déjà des ravages avant même l’an 2000 et ses célèbres Sims. Le titre est loin d’être excellent, même s’il a pour lui une sacrée fluidité pour l’époque. Mais concrètement, le jeu était vraiment très moche. Et quand on voit Zelda Ocarina of Time sorti déjà 2 ans auparavant. Faites le calcul. Ah, et non, on ne parlera pas de Xena sortie sur PS2, ou même sur Game Boy, pour votre bien, et surtout pour le nôtre.

 

Le Maître de l’Olympe : Zeus

 » Zeus se centre sur la construction et le développement d’une cité des temps anciens. »

Sortie : novembre 2000
Développeur : Impressions Games
Edteur : Sierra Entertainment
Plateforme : PC
Genre : City-builder

C’est sans aucun doute le jeu de Sierra sur lequel j’ai passé le plus d’heures. Outre les scénarios bien spécifiques mettant en lumière un mythe grec, Le Maître de l’Olympe proposait un bac à sable qu’il me plaisait d’utiliser pour concevoir des villes de plus de 5000 habitants. Et quelle joie de voir des dieux se promener, attaquer votre ville, lancer des malédictions, d’assister à l’arrivée de la Ménade, prendre en compte en plus de l’hygiène et des besoins primordiaux  l’accès à la culture et le relationnel avec les autres cités. Et pour le petit plus, jouez à l’extension Le maitre de l’Atlantide : Poséidon !

Zeus, ce grand homme, toujours prêt à être bon avec sa création… Bon en vrai, vous priez qui vous voulez, mais en gros, tout le reste du panthéon vous en voudra. Et ils vous enverront des monstres détruire votre ville. Assez susceptibles quand même pour des dieux. Mais si vous aimez les city-builder, avec leur lot de catastrophes, de commerce et diplomatie avec vos voisins… Saupoudré du thème de la Grèce (si vous aviez déjà oublié), cela reste un excellent jeu. Le plus dur sera de le faire tourner sur une machine récente.

Hercule

« C’est l’adaptation du dessin animé éponyme sorti la même année. En 2009, le jeu paraît sur le PlayStation Network. »

Sortie : Juillet 1997
Développeur : Disney Interactive Studios
Editeur : Disney Interactive Studios
Plateformes : PS1, PC, PS3, PSP, Game Boy, PS Vita
Genres : Plateforme, Action, Aventure, Hack’n’slash

« C’est géant Herc’ est dans le vent », cette adaptation est culte, géniale et apporte son lot de challenge. J’ai été traumatisée par le niveau « l’attaque du Cyclope » et celui juste après « L’attaque des titans » où Hercule est sur Pégase.  Il faut dire que ma sœur et moi, nous sommes mortes un paquet de fois. Le visuel et l’ambiance respectent à 100% le dessin animé, on y retrouve les voix officielles et franchement… reprendre sa vie avec une Herculade, ça n’a pas de prix !

♪ Qui sonne le glas des gladiateurs ? C’est Hercule ! ♫
Quoi ? Je ne vous l’ai pas dit ? Hercule est MON Disney préféré entre tous ! Je ne vais pas vous faire un exposé de pourquoi c’est le meilleur et ni pourquoi vous avez mauvais goût si vous n’êtes pas d’accord… Mais du coup, il est impossible pour vous de ne pas jouer à cette adaptation si vous aimez notre petit Hercule ! Moi, je retourne sur ma PS3, j’ai des culs à botter ! 

DYO

« DYO est un jeu casse-tête coopératif pour un ou deux joueurs dans lequel deux minotaures doivent être dirigés à travers un labyrinthe. En appuyant sur un bouton vous pouvez connecter les deux moitiés de l’écran pour former un écran commun. »

Sortie : février 2018
Développeur : Team DYO
Editeur : Team DYO
Plateforme : PC
Genres : Indépendant, Puzzle-Plateformer, Coop Local

Lorsque l’on cherche de l’originalité, il est toujours conseillé de se tourner vers les jeux indépendants. DYO fait partie de ces jeux qui portent une expérience, en l’occurrence dans ce cas présent la coopération, grâce à un système simple mais ingénieux.

Un petit jeu qui peut être bien fun si vous arrivez à être assez coordonné avec un ami. Au risque sinon de lui casser un clavier sur la tête à la prochaine rencontre. DYO est le genre de petit jeu qui se joue à petite dose, mais qui apportera son lot de rigolade.

Titan Quest

« Simple aventurier, le joueur est aux abords du petit village de Hélos. Les créatures des ténèbres semblent s’être réveillées et commencent à détruire villages et récoltes. Le joueur doit aller aider les villageois. Mais le réveil de ces créatures semble être lié à autre chose que la simple envie de destruction. »

Sortie : Juin 2006
Développeur : Iron Lore
Editeur : THQ Nordiq
Plateformes : PC, PS4, Xbox One, Nintendo Switch
Genres : Action RPG, Hack’n’slash

Titan Quest est le seul HnS que je considère vraiment comme RPG parce que contrairement à beaucoup d’autres, il propose des zones ouvertes donnant l’occasion d’aller de l’une à l’autre sans chargement, des quêtes bien pensées, une histoire solide et le farm n’a pas cet aspect redondant comme dans les classiques du genre. A l’instar de Loki, il parcourt différentes mythologies et pays, l’évolution des classes est assez libre, permettant des combinaisons intéressantes. En plus, en termes de durée de vie, juste pour finir la campagne principale, c’est monstrueux. Pour l’anecdote, j’ai recommencé une partie, à la moitié du chapitre Égyptien, j’en suis déjà à 32h. Il me reste le chapitre 3, à savoir toute l’Asie à parcourir !

Bon clairement, si vous n’êtes pas fan des Hack’n slash, vous ferez comme moi, l’impasse. C’est typiquement le type de jeu qui m’ennuie, alors c’est à très petite dose, voire à dose unique. Ceci dit, il y a moyen de vous amuser si ce genre ne vous rebute pas. 

Battle of olympus

« The Battle of Olympus est un jeu vidéo qui retrace l’aventure d’Orphée à l’époque de la Grèce antique. »

Sortie : Mars 1988
Développeur : Radical Entertainment, Infinity
Editeurs : Nintendo, Broderbun Software, Imagineer
Plateformes : NES, Game Boy
Genres : Action, aventure

A l’époque de la 2D, de la guerre et des jeux de légende, un Battle of Olympus  s’imposait en maître. Certes, le jeu a plutôt mal vieilli et ferait fuir n’importe quel adepte de la 8K, mais en son temps, c’était une référence. Je ne vous cache pas qu’en naissant qu’en novembre, le jeu ne fait pas partie de ma génération.

Clairement pas de mon époque, et les jeux « rétro » de ce type ne sont pas ma tasse de thé, surtout s’ils ont aussi mal vieilli graphiquement parlant et je ne parle même pas des contrôles ! Il ne plaira sans doute qu’aux amoureux de la NES et des jeux rétro en règle générale. 

God of War

« Kratos est à l’origine un brillant et brutal capitaine de l’armée spartiate. Se faisant abuser par Arès, il tuera sa femme et sa fille sans s’en rendre compte. C’est alors que Kratos se jure de tuer Arès, et tous ceux qui se mettront sur son chemin. »

Sortie : juin 2005
Développeur : SCE Santa Monica Studio
Editeur : Sony Computer Entertainment
Plateformes : PS2, PS3
Genres : Beat them all, énigmes, plateforme

God of War premier du nom est sans doute celui que je préfère, et de loin ! C’est la découverte du personnage torturé de Kratos, la présence d’Athéna en déesse soutien (ma chouchoute), c’est la force des combats, le grandiose des décors et de la mise en scène. Plus encore que les affrontements jouissifs, God of War  proposait une histoire, une vraie !

God of War, c’est un peu comme une histoire d’amour, où à la fin on se déteste. Si on prend le premier opus de la série, on a de quoi trouver un jeu plutôt bien équilibré entre mise en scène grandiose et bourrinage. Une histoire pas si mal, des dieux omniprésents, de la plateforme, et quelques énigmes basiques mais présentes. Concrètement, oui le jeu a vieilli, mais si on veut dire qu’on aime la série originelle, il faut vraiment partir du premier qui montre toute la force de la licence. 

 

God of War II

« Après avoir vaincu Arès, Kratos est devenu le nouveau Dieu de la guerre. Haïssant les dieux au plus haut point après qu’ils aient ruiné sa vie. Il détruit ville après ville, Zeus finit par le duper et le tuer. Kratos promet alors à Zeus une vengeance mortelle. »

Sortie : avril 2007
Plateformes : PS2, PS3

C’est à partir de cet opus que je trouve la série déclinante. Kratos que l’on a découvert avec un but, une histoire, devient un dieu injuste. Jusque-là, le sujet abordé était intéressant. Puis on sombre dans des facilités d’écriture, des paradoxes et petit à petit le personnage torturé devient juste un enfant capricieux. Heureusement, les combats et les environnements continuent d’être prenants.

Déjà, avec cet épisode, les choses se gâtent, on perd clairement en cohérence. On sent que les développeurs n’avaient pas nécessairement attendu un tel succès, et ont bricolé une histoire un peu à l’arrache. Si on garde une recette qui marche côté mise en scène et beat’em’all, on perd clairement côté scénario et c’est dommage. C’est d’ailleurs comme ça que le genre beat’em’all devient un genre où le scénario n’a plus vraiment d’importance tant qu’on a du spectacle, on passe de jeu à défouloir. Cet épisode reste cependant agréable en terme de jeu et de gameplay. 

 

God of War III

« La vengeance de Kratos contre Zeus prend fin dans ce dernier épisode. »

Sortie : mars 2010
Plateformes : PS3, PS4

Là par contre, j’abandonne. Ce troisième épisode est pour moi le plus contestable. Beaucoup de fans aiment, personnellement, je trouve qu’on atteint un degré de « kikooisme extrême », les dieux se prennent des claques comme s’ils étaient de petits gosses sans défense, les personnages dont Kratos n’ont plus aucune psychologie (ou guère plus qu’un personnage d’une fanfiction rédigée par un gamin de 9 ans) et esthétiquement, le jeu tourne sur du vu et du revu.

God of War  s’est malheureusement enlisé dans une recette biaisée et qui n’a pas convaincu de nombreux fans. Le 3ème épisode est celui de trop, et si la mise en scène est toujours aussi excellente, elle ne propose plus qu’une violence sans queue ni tête. Jouissive, peut-être, mais Kratos valait bien mieux que ça. Dommage de terminer une trilogie qui partait bien avec une note aussi négative. Le 4ème God of War est clairement une bouffée d’air frais après une telle déception. 

 

God of War Ascension

« Puni par les dieux pour avoir brisé son pacte avec Arès, qui l’a manipulé pour qu’il tue sa propre famille, Kratos est torturé par les trois Érinyes (ou Furies). Alors qu’il se libère, il va chercher le moyen d’obtenir la rédemption qu’il cherche tant : le pardon des dieux et l’oubli des souvenirs de ses massacres. »

Sortie : mars 2013
Plateforme : PS3

Je ne m’y suis pas intéressée, le III ayant été un vrai répulsif, Ascension n’a pas fait partie de mes priorités. J’ai entendu beaucoup de polémiques à ce sujet et de joueurs qui s’en plaignaient. Maintenant, si le seul tort du jeu était de ne pas être dans le badass exacerbé, peut-on vraiment appeler ça un tort ?

Difficile d’adhérer à la nouvelle vision vue du dessus d’Ascension. Et oui, je vous l’ai dit, je n’aime pas les Hack’N’Slash et même estampillé de God of War après le troisième du nom… Difficile d’avoir envie de se tourner sur cet épisode. Mal aimé sans doute, jugé à tort peut-être, il m’est pourtant difficile de le caractériser comme un God of War  à part entière. 

Assassin’s Creed Odyssey

« Forgez votre destin dans Assassin’s Creed® Odyssey. Passez du statut de paria à celui de légende vivante au cours d’une véritable odyssée durant laquelle vous lèverez les secrets sur votre passé et changerez le destin de la Grèce antique. »

Sortie : Octobre 2018
Développeur : Ubisoft Quebec
Editeur : Ubisoft
Plateformes : PC, Xbox One, PS4, Nintendo Switch
Genres : Action, RPG, Monde ouvert, Aventure

Beaucoup d’attentes et quelques craintes. J’attends de voir si le monde ouvert souffre des mêmes désagréments qu’Origins ! Pour l’histoire, je suis quasiment sûre d’y trouver mon compte. Je ne vous cache pas que j’ai hâte !

C’est le grand jour, Assassin’s Creed Odyssey est dans les clous, et il me tarde de le tester. Pouvoir jouer un personnage féminin me plaît réellement, moi qui suis pourtant bien plus souvent à choisir un homme, même quand le choix est possible. Même si je ne suis pas une grande fan de la série, certains épisodes avaient réussi à me convaincre par le passé… J’espère que cela sera le cas ici, d’autant plus que le thème de la Grèce antique est riche et promet de nombreuses heures de plaisir. 

Ce petit tour des jeux vidéo traitant de la Grèce antique s’arrête ici. Rien ne vous empêche de nous faire part d’autres jeux sur le sujet et surtout de nous donner vos avis sur ceux-ci !