Resident Evil 2, un remake qui vaut son pesant d’or ! [Test]

Resident Evil 2, un remake qui vaut son pesant d’or ! [Test]

5 février 2019 0 Par Arya

Resident Evil 2 est sorti initialement en 1998, soit 2 ans après son aîné où l’aventure se situait dans un manoir effrayant. Capcom nous envoyait cette fois en plein cœur de la ville de Raccoon City avec deux personnages bien moins prestigieux que les fameux S.T.A.R.S ! Léon S.Kennedy, une nouvelle recrue de la police de Raccoon, et Claire Redfield, une civile de 18 ans à la recherche de son frère, Chris. Autant vous dire, qu’on était assez loin à l’époque d’une équipe de choc pour faire face à l’épidémie engendrée par le virus-T. Mais cela n’a pas empêché cet épisode de devenir iconique et conforter la licence dans sa renommée. C’était avec excitation que tous les fans de la série attendaient cet épisode. Après la qualité du Rebirth, on attendait donc beaucoup de ce nouvel épisode remis au goût du jour.

[Etant donné que la Xbox One est capricieuse pour faire des captures, plusieurs vidéos seront disponibles au sein de l’article, sans spoils majeur sur l’histoire. ]

Début du jeu avec Claire avant le commissariat :

Parce que c’est Claire…

Tout comme l’original, le remake vous permettra de choisir le personnage avec lequel vous débuterez l’aventure. Petite mise en garde cependant, les scénarios Claire A et Léon A, sont presque identiques dans le cheminement, mis à part les cinématiques. Quant à la partie Bis, elle diffère de l’original. A l’époque, les parties B étaient des évènements alternatifs, ce qui n’est plus le cas dans ce nouvel épisode. En effet, la partie Bis est le cheminement du deuxième personnage en fonction du premier, certaines énigmes sont modifiées et il y a quelques petits ajouts… Mais il n’y a finalement rien qui nécessite de s’extasier. Capcom a sans doute souhaité que cet épisode soit entièrement canon et qu’il ne laisse plus place au doute comme l’avait fait l’original à l’époque. Cependant si vous souhaitez vraiment l’explorer de fond en comble, il faudra évidemment faire les 4 scénarios pour être sûr de ne rien louper.

Je ne suis pas scripté, je suis juste invincible :

Si Claire rencontre Sherry, Léon rencontre à la place Ada, vous aurez donc deux phases avec ces deux personnages en plus de votre aventure. Et autant vous le dire, vous serez assez dépaysés si vous connaissez l’original, parce que Capcom a rendu le jeu à la fois proche de l’original… et à la fois éloigné. A dire vrai, si le commissariat vous rappellera des souvenirs, il ne sera pas identique, tout comme le scénario. Oui, il y a un tronc commun mais Capcom a réellement rafraîchi l’histoire, la rendant à mes yeux tout de même moins « cucul la praline » qu’à l’époque. Léon, bien que toujours un peu niais à croire la première étrangère venue, se montrera sans doute un peu moins stupide que dans l’original. Quant à Claire, elle est comme dans mes souvenirs, à envoyer des punchlines et à montrer un sacré courage.

Autant vous le dire, Claire est l’un de mes personnages préférés de la licence (Coucou Jillou !). Et si la refonte physique du personnage est réussie, je suis tout de même heureuse d’avoir la sensation de retrouver une vieille amie après tout ce temps ! La VF est d’ailleurs de qualité (la VO également), et si on avait l’habitude d’une version anglaise uniquement… C’est plutôt agréable de voir que les développeurs pensent de plus en plus aux francophones. Quoi qu’il en soit, qu’il s’agisse de Léon ou de Claire, ils sont tous deux attachants.

Un peu d’exercice avec Mister X :

Côté graphismes, on est plutôt gâté, RE Engine avait déjà montré de quoi il était capable dans Resident Evil 7, et même si ce n’est pas toujours parfait… La Xbox One S gère très bien le jeu sans aucun freeze. On remarquera seulement par moments quelques textures HD qui apparaissent en retard après avoir relancé le jeu, mais rien de grave ni pénalisant. Les expressions faciales et animations sont d’ailleurs vraiment jolies, on voit que les développeurs ont eu le souci du détail. Le seul réel regret : les musiques d’ambiance. Elles sont relativement discrètes en dehors de celle de Mister X, qui est quant à elle plutôt réussie. L’ambiance sonore globale est cependant extrêmement bien retranscrite et peut vous faire sursauter facilement si comme moi vous êtes sensible. Quand vous avez nettoyé une zone, et que vous y repassez plus tard, vous ne vous attendez pas à entendre le cri d’un licker près à vous découper la gorge au passage d’une porte.

Vous n’êtes jamais en sécurité dans ce foutu commissariat :

Un gameplay et une difficulté revue à la hausse

J’ai fait la partie A de Claire en facile pour débuter l’aventure sans prise de tête. Et même en facile, pour tuer un zombi… Mon dieu, que c’est par moments long ! On pourrait à la limite les comparer à des Gaulois réfractaires… Qui refusent de mourir une bonne fois pour toutes. En normal, je ne vous en parle même pas, un chargeur ne suffit pas toujours à tuer un zombie. Privilégiez plutôt des tirs dans les jambes pour les faire tomber et les démembrer… Cela vous économisera des balles. Parce que si vous deviez uniquement tirer dans la tête, il vous faudrait beaucoup de balles. Ajouté au fait que les zombies adorent feindre la mort et qu’ils n’hésiteront pas à vous agripper à votre prochain passage alors que vous pensiez être en sécurité… vous êtes mal !

On est d’accord, il était bien mort  :

Il faut avouer que les zombies ont été réellement mis au centre de la menace par Capcom. Évidemment, vous aurez des monstres plus dangereux et rapides à combattre, mais finalement, ils ne représentent pas nécessairement le danger principal. Les zombies sont relativement nombreux et particulièrement résistants… C’est même parfois frustrant de devoir mettre 30 balles dans un zombie pour le tuer. Concrètement, si vous jouez en normal, vous n’aurez pas ce luxe, parce que vous compterez vos munitions. Alors en hardcore… Si vous dépensez autant de balles sur des zombies, vous risquez de ne pas être en mesure de combattre les boss, ou vous vous retrouverez totalement à poil pour la suite de l’aventure. Même si les deux premiers Boss peuvent clairement être faits sans utiliser une seule munition !

Si mes souvenirs sont justes, il ne me semblait pas que le mode normal à l’époque était aussi compliqué. J’ajoute néanmoins une nuance, la partie commissariat est selon moi la plus « complexe » parce qu’il y a non seulement beaucoup de zombies mais également Mister X qui pourrait être selon votre chance plus ou moins collant. Et vous aurez également pas mal d’allers-retours à faire, si vous souhaitez tout visiter et ramasser. Le commissariat est la partie la plus longue du jeu avec mon temps de 4h40, puisqu’il ne m’a fallu que 2h pour plier les égouts et le laboratoire. Il faudra donc compter une quinzaine d’heures pour réaliser les 4 scénarios.

Premier Boss au couteau avec Léon en mode Normal :

Bien entendu, le gameplay a totalement été modifié, à la manière des Resident Evil plus récents, les esquives et les coups de grâce en moins. Caméra à l’épaule, dégâts localisés, vous vous baladez avec une lampe de poche et un arsenal légèrement différent si vous jouez Claire ou Léon. D’ailleurs, vous aurez la possibilité d’avoir un couteau ou des grenades. Généralement il s’agit pour vous d’une arme de défense dans le cas où un zombie vous attraperait. A vous de lui loger une grenade dans la bouche ou un couteau dans la gorge. A noter, que le couteau finira par casser après plusieurs utilisations. Concrètement, on est loin d’être dépaysé après un Resident Evil 7, mais si on s’attendait à un Resident à la Rebirth, on sera forcément un peu déçu.

J’aurai pour ma part aimé un peu plus de documents, et surtout des rappels ou des rapprochements avec le Rebirth. Dans l’original, on pouvait lire le journal de Chris, mais ce n’est plus cas dans le remake. J’aurai également aimé en toute fin un petit teasing pour le futur de la licence, du type Claire qui annonce à Léon qu’elle va certainement partir en Europe chercher son frère (Coucou Code Veronica <3), ou une petite cinématique post crédit qui parlerait des S.T.A.R.S par exemple. Mais quoi qu’il en soit, après avoir fini la campagne A et B(is), vous débloquerez le 4e survivant avec un soldat, nom de code Hunk. Une version avec un morceau de Tofu sera également disponible. Ces deux mini campagnes étaient déjà disponibles à l’époque de l’original. A noter, qu’à partir du 15 février, le DLC gratuit Ghost Survivor arrivera pour nous offrir 3 mini-campagnes supplémentaires.

Petite virée à l’extérieur, pardon d’avance pour la carte :

 

L’avis de Joey:

Capcom en avait déçu pas mal à l’époque de la Gamecube, en ne sortant sur la machine de Nintendo qu’un simple portage du RE2 de la PS1 après nous avoir fait espérer un véritable remake en bonne et due forme, dans la veine de Resident Evil 0 et du génial remake du premier volet. Pourtant, quand, toutes ces années après, le studio vient s’excuser, sous la pluie, avec ses yeux de chat Potté et une bonne boîte de chocolats, difficile de ne pas tout lui pardonner. Surtout après de véritables efforts fait sur le précédent Resident Evil 7, et maintenant ce Resident Evil 2 nouveau, fait avec amour. Ce remake-là est clairement une œuvre de son époque. Mais s’il revisite le RE2 de 1998, d’une manière différente du remake de l’épisode fondateur, il en sublime avec tout autant de maîtrise le jeu qu’il remet au goût du jour. En tout cas, que vous soyez familier avec la version 32 bits ou non, Resident Evil 2 version 2019 est un must, si vous aimez un tant soit peu les jeux d’horreur.

 

L’avis final d’Arya

En conclusion, Resident Evil 2 s’inscrit comme un remake de l’original dans son ensemble, mais il est vrai que si on creuse en profondeur on pourrait même dire qu’il s’agit d’un reboot sur certains points. Si je n’étais pas convaincue de l’avenir de la licence après avoir joué à Resident Evil 7, après un Resident Evil 2 version 2019… Je n’ai plus aucun doute. Capcom ont su montrer qu’ils étaient capables d’écouter et de faire un jeu à la hauteur de leur licence phare. Les fans et ceux qui découvrent la licence devraient se régaler. Après plus de 20 ans, cela a été un immense plaisir de jouer à cet épisode et maintenant il n’y a plus qu’à croiser les doigts pour que Capcom continue dans cette voie.

Note
  • 8/10
    Histoire - 8/10
  • 10/10
    Gameplay - 10/10
  • 7.5/10
    Bande-Son - 7.5/10
  • 9/10
    Graphismes - 9/10
  • 8/10
    Durée / Prix - 8/10
8.5/10

Résumé

Resident Evil 2 version 2019 s’inscrit comme le meilleur Resident Evil de notre époque. Si les originaux resteront à jamais cultissimes, il est impossible de ne pas mettre cette version au même niveau que l’excellent Rebirth.