Lucifer : une série virevoltante et hybride qui saura vous surprendre !

Lucifer : une série virevoltante et hybride qui saura vous surprendre !

2 octobre 2018 0 Par Aronnax

Lucifer  est une série aux genres variés et entremêlés, diffusée initialement par la Fox, et depuis peu par Netlix. Laissez-vous amadouer par le diable et entrez dans les méandres de cette série loufoque mais touchante !

 

I] Autour de la série :

     Avant d’entrer dans le vif du sujet, il m’a semblé intéressant de revenir sur certains éléments liés au contexte de création et de diffusion de la série, nous permettant ainsi de mieux l’appréhender. Il s’agira d’évoquer dans un premier temps les hommes de l’ombre, c’est-à-dire ceux qui sont derrière la caméra et qui ont eu un rôle important dans l’identité narrative de la série, puis dans un second temps de rappeler son parcours de diffusion ô combien tumultueux.

1. Un matériau solide, fructifié par l’équipe de production.

 

Lucifer Morningstar dans les comics Vertigo.

   Lucifer n’est pas une création originale du petit écran. Il s’agit d’une adaptation de comics de la maison d’édition Vertigo, filiale de DC Comics. Apparaissant pour la première fois dans le comics Sandman en 1989, Lucifer Morningstar, ange déchu et fils de Dieu, aura le droit à sa propre série de romans graphiques au début des années 2000. N’ayant pas pu lire cette œuvre de Vertigo, introuvable en français, je ne pourrai pas vous en livrer mon avis ni vous faire un comparatif entre les comics et la série.

     C’est donc grâce aux comics que la série télévisée Lucifer a pu naître en 2015. Pilotée et diffusée par la Fox, elle est produite par trois grandes sociétés de production : Warner Bros. Television, DC Entertainment  et Jerry Bruckheimer Television. Elle a été créée par Tom Kapinos, connu aussi pour Californication. Lucifer reprend d’ailleurs la base du succès de Californication : les ressorts tragi-comiques. Mais Tom Kapinos n’est pas le seul à avoir laissé son empreinte à la série : il en est de même pour certains producteurs exécutifs. Ainsi, Jerry Bruckheimer (Les Experts) et Len Wiseman (Sleepy Hollow) ont chacun apporté un savoir-faire spécifique : les intrigues policières pour Bruckheimer, et le fantastique pour Wiseman. Enfin, Lucifer vous rappellera à bien des égards la série Forever. Pourquoi ? Tout simplement parce que ces deux séries appartiennent à la Warner Bros. et qu’elles ont de nombreux points en commun (les registres policier et fantastique, la romance entre les protagonistes et les non-dits du héros principal, etc.).

2. Une série qui a fait parler d’elle : des débuts turbulents à un renouvellement in extremis.

 

La nouvelle vie du diable à Los Angeles.

     En juillet 2016, au Comic-Con de San Diego, le premier épisode de Lucifer  fut présenté en avant-première au public. De nombreuses voix se levèrent contre la Fox et sa nouvelle série. Des associations conservatrices américaines firent des pétitions pour l’annulation de la série, car il paraissait inconcevable pour elles de montrer le diable essayer de faire le bien, s’extirpant aussi de tous les clichés connus. En somme, faire du diable (connu sous le nom de Lucifer Morningstar par les mortels) un être humain, attachant et drôle, était une totale hérésie pour une partie puritaine de la société américaine.

    Les débuts furent donc vacillants, mais la Fox ne se détourna pas de ses objectifs. Le projet fut logiquement maintenu, et la série connut des audiences honorables, bien qu’en baisse à partir de la seconde saison. C’est d’ailleurs cette baisse progressive de l’audience qui poussa la Fox à annoncer l’annulation de la série, de manière assez surprenante, au milieu de la saison 3. La série annulée, la production décida d’ajouter deux épisodes bonus à la saison 3 qui auraient dû normalement se trouver dans l’arc narratif de la saison 4. Cependant, le soutien massif et médiatisé des fans, grâce aux nombreuses pétitions et au hashtag #SaveLucifer, permis à la série d’être sauvée par Netflix, qui en racheta les droits en juin 2018. De ce fait, une saison 4 est prévue, le tournage ayant débuté en août, et elle sera constitué de dix épisodes. Ouf !  

 

II] Une série hybride à la croisée des genres :

     Lucifer outragé ! Lucifer brisé ! Lucifer martyrisé ! Mais Lucifer libéré ! Une fois le contexte inséré, il est désormais temps d’évoquer la spécificité première de cette série, à savoir son hybridité générique. La série mêle les genres et en joue, pour le plus grand plaisir de ses spectateurs. D’une part, à l’image de Forever, Lucifer fait coexister le fantastique et le policier. D’autre part, à l’instar d’un manège à sensation forte, elle est un ascenseur émotionnel dans lequel cohabitent tragique et comique.

1. Entre le policier et le fantastique.

 

Un duo étonnant et antinomique pour des résultats concluants.

     Chaque épisode de Lucifer est construit comme un épisode de série policière : un meurtre se produit, et c’est à Lucifer Morningstar, consultant auprès de la police de Los Angeles, et à Chloe Decker, lieutenant, de résoudre cette affaire. Par ailleurs, nous reviendrons plus tard sur cet étrange duo et sur les raisons qui ont poussé Lucifer à poursuivre les criminels. Quoi qu’il en soit, malgré quelques facilités d’écriture, il est plutôt plaisant de suivre ce tandem dans leurs enquêtes, de la découverte du corps à l’arrestation du meurtrier. On y retrouve d’ailleurs toutes les spécificités de ce genre télévisuel. Ces enquêtes ont aussi pour but d’aider Lucifer Morningstar dans sa compréhension du monde humain et dans sa quête identitaire. Elles répondent à ses questions, à ses doutes, confirment ou contredisent ses affirmations. 

     Le fantastique est aussi présent dans chaque épisode. En tant que Diable, Lucifer Morningstar a de nombreux pouvoirs. Il possède par exemple un pouvoir de séduction irrésistible vis-à-vis de la gente féminine, ce qui peut être pratique dans certaines situations ! De même, il peut demander à un être humain ce qu’il désire le plus au monde. Ce pouvoir hypnotique de la parole, jouant aussi sur le regard, est pratique pour résoudre des enquêtes et surtout éliminer de potentiels suspects. L’intrigue principale, centrée sur Lucifer et ses choix – le premier ayant été de déserter l’Enfer pour prendre des vacances à Los Angeles -, permettra aussi d’inclure des éléments fantastiques : démons et anges, pouvoirs célestes, etc. 

2. Entre la comédie et le tragique.

 

Un cache-cache improvisé ?

     Cette série dramatique – dans son sens originel, c’est-à-dire remplie d’actions – alterne entre le comique et le tragique. Comique, elle l’est, grâce encore une fois à son personnage principal. Tom Ellis excelle dans le rôle du diable ! Lucifer Morningstar est personnage narcissique et assez nombriliste. Le diable s’exprime de manière sarcastique, et il apparaît en particulier drôle parce qu’il est en décalage par rapport aux autres personnages. Lucifer ne cache pas son identité de diable, mais son entourage proche et éloigné ne le croit pas, le prenant pour une sorte d’intelligent fou, ne parlant qu’avec des métaphores filées. Son égoïsme primaire et sa vision parfois caricaturée du genre humain sont aussi des ressorts comiques propres à ce personnage.

     Cependant, certains événements font aussi de Lucifer une série tragique. Tout n’est pas rose dans la vie du diable, et ses choix ont souvent de fâcheuses conséquences. Personnage torturé, à la découverte de sentiments nouveaux et inconnus, Lucifer Morningstar doit s’adapter au monde terrestre et se confronter aux vices humains. Oui, il était le bourreau et le seigneur des Enfers, mais il n’avait pas choisi de le devenir ! Il a passé des millénaires à punir des pécheurs, mais n’a jamais été confronté au monde des vivants et à toute la complexité humaine. De plus, ses déboires et différends célestes auront ainsi des répercussions sur son entourage, et à chaque solution apportée, son lot de nouveaux problèmes. 

 

III] Une intrigue captivante.

     Lucifer n’est pas une série parfaite, et a une narration inégale. La seconde saison est par exemple un poil trop longue dans son déroulement, et certaines séquences peuvent apparaître ringardes dans leur réalisation (pensons à celles où joue Tricia Helfer). Néanmoins, globalement, l’intrigue est captivante grâce au développement des personnages et à la trame principale, mais aussi par les thèmes qu’elle explore.

1. Grâce à ses personnages et à la trame principale.

On se croirait presque face à une image promotionnelle d’un spin-off des Experts !

C’est l’histoire d’un diable, d’un ange, d’un démon, de policiers, d’une fillette et d’une psychologue. Aux premiers abords, cette énumération semblerait être le début d’une blague. Mais pas du tout, il s’agit de la « profession » des personnages au cœur de cette série. Ceux-ci sont assez bien développés et leur évolution au sein de la série a été soignée, excepté deux personnages dont Mazikeen (démon et bras droit de Lucifer). L’histoire prend place dans un Los Angeles moderne. Lucifer, maître de l’Enfer, est parti en vacances sur terre, depuis déjà cinq années. Propriétaire d’une boîte de nuit appelée le Lux, il est cependant poussé à rentrer chez lui (en Enfer) par son frère, l’ange Amenadiel. Mais Lucifer veut prendre son destin en main et arrêter d’être l’instrument de son père, Dieu. Il rencontre le lieutenant Chloe Decker et se prend d’affection pour cette femme, juste et bienveillante.

     La question que de nombreux fans se posent est la suivante : arrivera-t-il à montrer son vrai visage à Chloe, et finiront-ils ensemble ? C’est en grande partie pour Chloe que Lucifer se met à enquêter et résoudre des affaires auprès de la police. Mais comme il le dit si bien, que ce soit en Enfer ou sur Terre, il punira toujours les criminels. Avec ce sentiment qu’est l’amour, d’autres, inconnus pour lui, surgiront tout au long de la série. Il est cependant difficile pour le diable de les extérioriser et ainsi de les exprimer. C’est pour cela qu’il consultera fréquemment une psychologue, rencontrée au cours d’une affaire, le docteur Linda Martins. La trame principale, haletante, en frustrera plus d’un, mais saura continuellement vous captiver.

2. Grâce aux thèmes abordés.

 

J’avais dit des « thèmes sérieux  » , bon sang !

     C’est lors des consultations de Lucifer avec la psychologue, que le spectateur arrivera à mieux cerner cet étrange et complexe personnage. Les thèmes abordés par la série sont plus profonds qu’on ne pourrait le penser. Même si Lucifer reprend souvent les conseils du docteur en les réinterprétant selon sa vision des choses, il essaie de mettre des mots sur ce qui le torture et sa principale source d’inquiétude concerne son identité. Lucifer est un être qui ne dit que la vérité et qui se bat pour détruire ses clichés. Il prône le libre-arbitre et essaie de s’extirper d’un destin élaboré par son père. Il est convaincu que l’on devient bon ou mauvais selon nos propres choix, et qu’il n’est en rien le principal coupable des maux humains, comme sembleraient le dire les textes religieux. Ainsi, le personnage semble évoluer, bien que torturé entre le libre-arbitre dont il rêve et la destinée prétendument imposée par son père.   

     Enfin, ce sont les relations sociales qui sont explorées par le prisme du tandem. En effet, les personnages se retrouvent souvent en duo, et la confrontation des points de vue leur permet d’évoluer ou au contraire de rester cloîtré dans leur perception du monde. Si Lucifer évolue, c’est en grande partie grâce au lieutenant Chloe Decker. De même pour certains autres personnages, mais je préférerai ne pas vous spoiler davantage. Cependant, je peux quand même vous dire que la quête identitaire de Lucifer se propagera aussi à son entourage céleste. Ils se poseront ainsi tous cette question : quelle est ma place dans le monde ? Et comme dit ci-dessus, ce sont bien souvent d’autres personnages qui les aideront dans cette quête personnelle.

 

J’espère avoir attisé votre curiosité avec cet article. Tentez l’expérience Lucifer, et laissez vous séduire par ce diable « cool », drôle et touchant. Il se pourrait que vous ayez envie de lui mettre une claque ou deux, mais rassurez-vous, vous ne serez pas le seul, et ce désir fugace s’estompera rapidement.