Warriors Orochi 4 : Pourquoi on l’attend ?

Warriors Orochi 4 : Pourquoi on l’attend ?

25 août 2018 2 Par Exheres

Petit article sur nos attentes concernant Warriors Orochi 4, le cross-over des séries beat’em up de Koei Tecmo attendu sur PS4, Xbox One et Nintendo Switch. 

La série des Musou cartonne au Japon. Et, même si le rayonnement est bien moindre chez nous, il n’empêche que les Dynasty Warriors  et Samuraï Warriors ont tout de même leur petit succès en France. Le style de jeu a même été décliné pour mettre en valeur d’autres licences comme par exemple The Legend of Zelda avec Hyrule Warriors, Fire Emblem, mais aussi des mangas comme One Piece et Berserk. Mais revenons aux séries principales. Elles évoluent chacune de leur côté en mettant l’accent sur des évolutions différentes de gameplay. Dynasty Warriors 9 a même récemment proposé, avec plus ou moins de succès, des mécanismes d’open world. Régulièrement, on a l’habitude de voir débarquer un opus de Warriors Orochi, un crossover rassemblant les deux séries avec des personnages propres et des guests stars parfois insolites, le tout rassemblé avec une bonne dose de fan service. La démarche pourrait sembler assez mercantile et opportuniste, mais voilà, les Warriors Orochi  sonnent juste, et proposent généralement un excellent défouloir avec un contenu énorme. Warriors Orochi 4 étant attendu pour le 16 octobre 2018, il convient de faire le point sur la série, mais aussi d’appuyer sur ce que nous aimerions voir évoluer. 

 

S.O.S, nouveau moteur de jeu demandé d’urgence

On va commencer par le seul point pour lequel nous n’avons strictement aucun espoir d’évolution : le moteur de jeu. Vu les trailers de gameplay diffusés, on constate que le moteur graphique, principal point noir des Musou en général, n’a toujours pas reçu l’évolution graphique espérée depuis l’ère old gen tout de même. Les décors n’ont pas l’air d’avoir énormément bougés, le design des personnages stagne, les animations sont toujours les mêmes. Bref : il serait réellement utile de penser à retravailler le moteur de jeu qui commence vraiment à accuser le poids des années. 

C’est toujours moche

 

Un gameplay classique bienvenu

Même s’il proposera des subtilités inédites (et on y reviendra plus tard), Warriors Orochi 4 fait le choix de ne  pas utiliser les nouveautés de gameplay apparues dans Samuraï Warriors 4  ou encore Dynasty Warriors 9. Il faut bien dire que, même si le gameplay du premier avait été très bien accueilli, les nouveautés open world du deuxième n’ont clairement pas fait l’unanimité. Il reste préférable pour Warriors Orochi 4  de se poser sur des bases solides, surtout qu’il s’agit d’un cross-over qui ne peut pas mettre en valeur une série plus qu’une autre. Bien que plutôt classiques, les bases du gameplay de la série ont fait leurs preuves et demeurent réellement efficaces. 

Un bon défouloir, encore et toujours

 

La disparition des Guests

Dans les anciens épisodes, la série Warriors Orochi  avait réussi à réunir les personnages issus de Dynasty Warriors  et Samuraï Warriors  en ajoutant en plus quelques personnages exclusifs à l’univers (Orochi, Da Ji, ect…). Ceux-ci, souvent issus de la mythologie chinoise ou japonaise, ont été rejoints par des guests provenant d’autres séries de Koei Tecmo comme Ninja Gaiden, Dead or Alive, ou plus récemment Atelier. Cela faisait pas mal de grands noms qu’on avait l’habitude de voir au casting, en oubliant la cohérence assez limite impliquée par leur présence, bien entendu. Cette fois-ci, plus de guests annoncés. Si vous aviez l’habitude de parcourir les champs de bataille avec le Ninja Ryu Hayabusa, il faudra désormais vous en passer. Cela dit, on peut toujours espérer (ou craindre, c’est selon votre philosophie du commerce) l’ajout de personnages en DLC, ou d’une éventuelle « special edition » avec de nouveaux personnages comme on avait vu pour Warriors Orochi 3. 

Il y aura tout de même de quoi faire au casting

 

Un univers mythologique encore plus assumé

On ne va pas se mentir, au départ, le personnage d’Orochi servait surtout de prétexte pour réunir tout ce beau monde. Parce qu’en effet, les deux époques de la Chine des Trois Royaumes et du Japon de l’ère Sengoku étant séparées par plus de 1000 ans, il fallait bien un élément assez improbable pour servir de passerelle. Ça, c’était à la base. Au fil du temps, Orochi a rassemblé d’autres antagonistes, des Dieux et d’autres personnages issus de légendes asiatiques (comme le fameux homme-singe Sun Wukong qui inspira le très connu Sangoku) ont rejoint le champ de bataille. Cela a eu pour effet de donner à la série une réelle ambiance qui était devenue beaucoup plus qu’un prétexte. Avec Warriors Orochi 4, on a 5 nouveaux personnages annoncés, tous originaires de différentes mythologies. Cette fois-ci, on s’éloigne un peu de l’Asie en allant puiser dans les mythologies grecque et nordique. On accueille donc Zeus, Persée, Arès, Athéna et Odin (qui ressemble plus à un mousquetaire mais passons). 

 

Une évolution de gameplay axée sur la puissance divine

Désormais, les personnages pourront s’équiper de trésors sacrés, des sortes de reliques divines révélant des pouvoirs magiques pouvant être utilisés en combat. Il est donc possible de lancer d’autres sortes d’attaques Musou, ce qui varie un peu les manifestations de puissance des personnages. Il y a aussi l’apparition de la déification. Comme son nom l’indique, elle permettra à des personnages d’évoluer en forme divine. Reste à préciser s’il s’agit d’une évolution du personnage qui peut être à volonté déployée sur cette forme, ou sur certaines conditions pendant le champ de bataille. Il faut aussi se demander si la déification concerne tous les personnages ou seulement une petite poignée d’élus. On espère que non, car cela serait tout de même épique de pouvoir passer l’intégralité du casting dans le panthéon de Warriors Orochi 4. 

Cao Pi déifié !

 

Même si certains points peuvent paraître décevants comme la disparition des guests chers à la série ou encore l’absence d’une évolution graphique espérée, il faut bien dire que ce Warriors Orochi 4 se présente sous les meilleurs auspices. Les ingrédients qui ont fait le succès des Musou sont toujours là : une durée de vie attendue comme gigantesque, 170 personnages au gameplay varié, et un défouloir absolument dantesque. Warriors Orochi 4  assume encore plus son côté épique avec une importance plus marquée accordée à la mythologie. Les ajouts de gameplay qui en découlent, comme les trésors sacrés ou la déification, semblent parfaitement coller à l’univers et devraient renforcer un peu plus l’impression de puissance, déjà énorme quand on défonce seul près de 2000 ennemis. On verra si on a raison d’être enthousiaste le 16 octobre prochain ! En tout cas, à la GeekBOX, on a hâte ! 

 

Un trésor sacré en action